Ramaz 2019

«  Ce n’est pas une course pour les p… »

Quelques téméraires du Bauges Ski Nordique ont participé à la 24 ième édition de La Ramaz… Tous alignés sur la distance du 30 km, ce qui est déjà bien suffisant pour cette épreuve où les dénivelés demeurent très importants puisque la course franchit par deux fois le Col de la Ramaz culminant à 1616m, pour un départ à 1394m… Sur ce circuit bien ensoleillé dès 8h du matin, on a eu vite chaud car dès le début ça monte et ce, sans répit jusqu’au col. Il faut être placé au départ sinon on galère un peu pour doubler… La suite… Que de la descente pendant 4km … et quelle descente sur une piste impeccablement tracée, encore un peu gelée où on atteint des vitesses folles à ski de fond proche des 50 km/h (sur mon GPS) en tout cas… Sachant que d’autres bien plus rapides, m’ont dépassé, à l’image de Bruno Penven qui m’a démontré ses talents de descendeur et ses virages pris au cordeau… Du grand ART !!! En moins d’une minute, il était loin l’artiste… Les boucles sur le plateau de Sommand étaient sympa et de tout repos avant une nouvelle remontée vers le Col de La Ramaz… Et là, en haut, juste un replat avant de redescendre tambour battant dans une neige brassée et molle pour rejoindre les derniers 5km de virolots du Praz de Lys… Et il ne faut pas trop réfléchir à la technique dans cette descente… Chasse neige impossible, donc on se pose le moins de questions possibles et on fonce « tout droit dans le pentu » comme ils disent ici et là bas aussi, d’ailleurs… Bref à ce petit jeu, on double du monde, mais quand on y repense après, et qu’on regarde les chiffres… On se dit qu’il était interdit de tomber ! Le champion du jour est australien et ne met que 1h 17mn pour faire le circuit… C’est beau ! Delphine, tourne en 1h 46mn et se retrouve sur le podium féminin… Claude, un peu plus rapide ne met que 1h 42mn Bruno ne met que 1h 53mn et moi même 1h 56mn. Cécile, sans doute plus prudente en descente se classe 19 ème féminine en 2h 25mn.

A la fin de la course, le repas au soleil, accompagné par les chansons d’un guitariste local, fut très apprécié. Les traditionnelles tripes étaient délicieuses, de même que la soupe cuite au chaudron, la tomme ou les sandwiches au jambon cru de Savoie. Boissons gazeuses, vin rouge et eau rafraîchie par la neige disposée entre les bouteilles stockées dans les caisses en bois étaient distribués généreusement. De même, la marée chaussée du coin offrait la prune ou la sapinette après le café. Beaucoup de générosité sur cette manifestation sportive où performance et convivialité vont de pair.

On y retournera l’an prochain même si ce n’est pas une course pour les peureux !!!

Hervé Solignac